Archives du blog

Complots à déguster (prêts en 1 mn)

Présentation :complot

Parce que les affres de la vie pro laissent souvent peu de temps de loisir, les jeux petits pour leur durée mais grands d’intérêt me sont rares et précieux. Complots, c’est 8 cm de coté et 150 grammes dans la poche, les règles comme une partie réglées en 5 minutes.

5 personnages (et un optionnel) avec différents pouvoirs de blocage en 3 exemplaires chacun, chaque joueur avec 2 cartes en main. Tous placent face cachée une carte et, à leur tour, annonce leur rôle et leur pouvoir utilisé sans la retourner. Chaque joueur peut alors mettre en doute une carte de l’adversaire, si le bluff est avéré le fraudeur perd sa carte, sinon : l’accusateur en perd une désignée au hasard, l’effet de la carte révélée s’applique et l’acquitté en prend une nouvelle dans la pioche. Quand un joueur a perdu ses 2 cartes, il est éliminé de la partie. On serait donc face à un pierre-feuille-ciseau avec une phase de bluff, il faudra y ajouter les pièces d’or qui, une fois accumulée, permettent de déclencher une attaque spéciale privant un joueur d’une de ses cartes de manière arbitraire. Ce petit détail interdit tout attentisme et les parties défilent très vite.

perso_complot

Pouvoir des personnages :

La Duchesse : permet de récupérer 3 pièces du trésor.

L’Assassin : pour 3 pièces, tue un personnage adverse.

La Comtesse : contre l’Assassin.

Le Capitaine : prend 2 pièces à un adversaire, peut être contré par un autre Capitaine.

L’Ambassadeur : permet d’échanger son jeu avec des cartes de la pioche.

 

Mon humble avis :

Les parties défilent vite, voire même trop vite. La légèreté du jeu, tout à fait bienvenue, et ses mécanismes peut-être trop bien huilés font qu’on peut avoir la sensation d’en avoir fait trop vite le tour. Cela reste un avantage, car Complots s’adresse à tous les publics, votre aïeul comme votre petit neveu pourront participer !

Cependant, si un voyage en train s’éternise et que vous désirez un peu de nouveau, Vayarda, notre nouvelle éminence grise, vous propose une variante de son cru qui monte la durée des parties à 10 minutes et refroidit les ardeurs des flambeurs-bluffeurs.

 

Publicités

Marathon des French Berets online

Salutations !

french_beretAujourd’hui je me fais la porte-parole des runners, une espèce rare et précieuse de gamers. L’entité Vayarda – grand pourfendeur de Parodius et d’Aquaria – qui participe dans l’ombre à ce blog depuis longtemps lance cet appel. Gamers : hardcore ou casu’, de France et d’outre-mer, à vos pads !

Rappelons que le speedrun est au jeu vidéo ce que le triathlon est à la promenade bucolique. Ces gamers qui sont, ne nous le cachons pas, totalement fêlés, se regroupent en association et proposent des performances publiques : finir les jeux les plus durs en mode hardcore, avec une main attachée ou les yeux bandés (véridique !). Les bénéfices de ces performances étant généralement reversés à des associations caritatives, et c’est bien de cela qu’il s’agit.

Lire la suite

Aquaria, immersion en eaux troubles

Jeu d’exploration/Shoot’em up/Énigme/Ambiance/Action. (éditeur: Bitblot)

Un jeu d’auteurs-développeurs-musiciens indépendants – deux personnes qui ont travaillé sur le jeu dans son intégralité ! – dont j’avais laissé dormir la démo sur mon bureau depuis fort longtemps.  À tort, comme j’ai pu le découvrir lors d’une après-midi d’été typiquement bretonne (c’est-à-dire aquatique).

aquaria, immersion en eaux troubles

Plongez dans un univers fascinant, artistique et toujours varié. Ici, les statues témoignent d’une ancienne civilisation engloutie…

Comme son nom l’évoque si bien, Aquaria est un jeu d’immersion…dans l’eau. Jeu d’explo en 2D, Aquaria jouit pourtant d’un graphisme très coloré, très beau, parfois merveilleux. Dans un monde féérico-diabolique resplendissant, au milieu d’une faune et d’une flore enchantées, votre sirène nommée Naija évolue et explore un vaste univers sous-marin en toute grâce et légèreté. Élément rare dans un jeu vidéo, la musique offre une place prépondérante dans le gameplay, tout autant les ambiances sont variées et excellentes (du lagon enchanteur aux abysses asphyxiantes), l’héroïne elle-même est musicienne. Chaque note est associée à une couleur particulière. Les mélodies psalmodiées par la douce protagoniste lui confèrent un pouvoir incroyable sur la nature et les éléments qui l’entourent : elle peut faire éclore les boutons de fleurs ou enchanter les poissons pour en extraire des ingrédients nécessaires à sa survie. Les huiles ou chairs ainsi récoltées permettront à notre demoiselle à écailles de concocter des potions alchimiques : regains de santé, de fatigue, surcroît de force…etc… Si vous parvenez à la mener loin, au-dessus des profondeurs labyrinthiques, vous parviendrez à lui faire découvrir le monde terrestre : une bouffée d’air frais qui contraste avec l’oppression des profondeurs, mais des parois difficiles à grimper lorsque l’on se déplace avec de simples nageoires.

SUITE

%d blogueurs aiment cette page :