Archives du blog

Claustrophobia, De profundis clamavi ad te Croconibus !

Auteur : CROC Editeur : Asmodée
2 joueurs (voire 3) Durée : 60-90 minutes
Ambiance/Tactique

Vidéorègles (règles du jeu en vidéo sur videoregles.net) : cliquez ici

jeux claustrophobia

Présentation :
Un jeu de CROC ! (auteur — entre autres — du jeu de rôle INS/MV). C’est le mot juste. Un jeu qui mord, qui déchiquète, qui écartèle… souvent le même joueur, d’ailleurs. Un jeu d’ambiance superbe, d’une esthétique irréprochable, pour qui les donjons malsains et les catacombes fangeuses sont le terrain favori de l’imaginaire.
Sous les fondations de la Nouvelle Jérusalem s’étendent des souterrains sans fond, le foyer d’un mal absolu, le temple du Démon. Un illuminé et candidat au martyr appelé Frère Rédempteur a enrôlé une petite troupe de Condamnés, de sympathiques gaillards qui se virent offrir l’agréable alternative de l’échafaud ou d’une mission suicide aux enfers. Ces personnages, incarnés dans de petites figurines peintes, seront les pièces du joueur Humain.

figurineclaustro

Lire la suite

Metropolys, les promoteurs bluffeurs

Auteur : Sébastien Pauchon  Editeur : Ystarimetropolys

2 à 4 joueurs (conseillé 3-4) Durée : environ 1 heure

Stratégie/Tactique et Enchère/Bluff

Lire la suite

Mod de Morrowind : le Musée Angélusien

Informations sur le mod -> ici

Ce mod constitue la première partie d’une extension consacrée à la civilisation Angélusienne. Le synposis sur wiwiland en résumé donnait cela : « 8 bijoux ont disparu du Musée Angélusien, il faut les retrouver. » et il ne lui rend pas honneur. Pour cause, je m’en étais détourné dans un premier temps, ne pas se fier aux apparences, voilà le proverbe que j’aurais dû suivre. Le Musée Angélusien est un mod de quêtes extrêmement imaginatif. Sous couvert du « Va chercher » habituel, il multiplie les surprises et les contre-pieds au cours de ses 8 scénarii.

Lire la suite

Les Aventuriers du Rail, version Allemagne

Auteur : Alan R. Moon Editeur : Days of Wonder

2-5 joueurs (plus intéressant à partir de 3) Durée : 1 heure

Stratégie/Tactique

Présentation :

Les trains séduisent toujours petits et grands ! (plus d’un millions d’exemplaires des Aventuriers vendus à ce jour). Ce jeu de stratégie/tactique familial s’est vu décliné en de nombreuses versions et extensions, succès et marketing obligent, mais cet article ne concernera que la version « Märklin » ou « Allemande » des Aventuriers. Je n’ai pas encore joué aux versions Amériques, Europe ou encore Scandinavie (à quand l’extension Colombie ?). Une version Allemande implique dans le petit monde des jeux de société une connotation certaine, je renvoie à l’explication présente dans l’article sur Caylus. Les avis des joueurs présentaient cette version comme la plus intéressante stratégiquement parlant, j’y ai donc jeté mon dévolu.

SUITE

Mod de Morrowind : La Guilde des Ingénieurs

Pour bien commmencer au pays des ingénieurs et autres informations utiles-> ici

Lien forum/soluce, pour les fainéants ou les désespérés -> ici

Il y a comme un hommage à ce bon vieux Arcanum dans ce mod. Un technologiste, et non des moindres, Léonard de Vinci lui-même débarque en Morrowind. Il est temps que ces obscurantistes et autres paysans crédules reçoivent les lumières de la rationalité, le joueur aura donc la possibilité de devenir l’assistant du génie. J’avoue que les quêtes sont un peu succinctes, voire répétitives. Mais l’inventivité du moddeur est jubilatoire et fait de ce mod un incontournable : de la formule du feu d’artifice aux nombreux bidouillages possibles (batterie, lumière…), c’est tout le steam-punk qui s’invite en Morrowind ! Des nouveaux commerçants font leur apparition à Caldéra, monsieur Eddy Son entre autres. Son gramophone, avec ses disques de cire disponibles à l’achat est une trouvaille merveilleuse. Ah, faire une pause dans les marais de Seyda Nihyn en s’écoutant un New Orleans…Parmi tous ces avantages, citons aussi l’effort sur les graphismes, là où généralement Morrowind ne brille pas, la serre de l’ami botaniste de Da Vinci est une réussite ! Merci à toi Von Zeeple.

Retour à l’accueil de Morrowind et ses mods

Retour au sommaire des Jeux Vidéo

Skyrim

Opus V, l’arbre généalogique de la noble lignée des Elder Scroll porte un nouveau fruit. C’est après beaucoup de temps et d’hésitations que je poste cette critique, autant de temps et d’hésitations qu’il m’a fallut pour l’acheter. Oblivion m’avait durablement refroidie et comme les personnes âgées engoncées dans leurs habitudes, je m’étais réfugiée dans le giron de Morrowind qui accède aujourd’hui au statut de grand-mère dans la famille Elder Scroll. Des commentaires appuyés de membres de la Confrérie des Traducteurs et de mon entourage furent nécessaires pour me faire franchir le pas.

Musiciens, troubadours, marchands ambulants apportent vie et ambiance en Skyrim, heureusement

Il serait parfaitement inutile de commenter l’interface graphique de Skyrim, certes excellente, je préfère lancer un pari : éblouis en 2012, moqueurs en 2020 ? L’évolution des moteurs graphiques (en parallèle de leur appétit pour la RAM) est autant source d’émerveillement que d’obsolescence…Je préfère parler de points positifs à la durée de vie plus grande que celle d’un processeur. La vie quotidienne en Bordeciel, de la cuisine à la forge, la vie des passants, avec de très bons doubleurs, la vie nocturne, des bardes et des poivrots, le caractère et l’âme de chacune des villes de Skyrim sont pour moi les qualités essentielles de ce nouvel opus. Ce qui n’était qu’ébauche maladroite dans Oblivion est devenue peinture naturaliste.

SUITE

Mod de Morrowind : Sixth House

La Sixième Maison est le clan Dagoth, autrement dit les grands méchants de Morrowind. Dans le jeu de base, il n’était pas possible de choisir son camp, ce mod comble cette lacune, et plutôt bien. Dans une brève présentation du jeu et dans le lisez-moi, Sixth House est sensée faire appel à « l’âme de barbare présente en chacun de nous ». Pour ma part, rien de tel pour me refroidir. Après moultes hésitations, je me suis lancé finalement et j’y ai trouvé beaucoup plus qu’attendu. Ce mod est assez jubilatoire, il attaque pas mal de symbole de Morrowind (je pense au mentor Caïus Cosadès) et s’entendre dire « Salut, mon frère ! » par des zombies est assez décalé pour me plaire. Reste que la plupart des quêtes sont linéaires –va taper !, va chercher !, rapporte !- et ce n’est pas vraiment ce que je recherche dans un mod, j’en ai eu plus qu’assez dans le jeu original. Mais l’environnement de la Sixième Maison et la bande de dégénérés qui la compose sont assez bien rendus pour rendre ce mod attachant. Merci beaucoup à Baal (quel nom terrifiant ! Mickey Mouse serait-il son saint Patron ? -INS/MV private joke-) pour sa traduction !

Retour à l’accueil de Morrowind et ses mods

Retour au sommaire des Jeux Vidéo

Mod de Morrowind : La Guilde des Pieds Légers

La Guilde des Pieds Légers ou GPL pour les intimes est un mod des plus célèbres, et ce n’est pas pour rien. Je n’aimerai pas gâcher la surprise à ceux ou celles qui n’y ont jamais joué, car c’est un mod à coup de théâtre. D’entrée de jeu, il a l’air totalement stupide. Une espèce de gourou vous propose avec emphase de rejoindre une association de défense de l’hygiène des pieds…Loin d’être une boutade, une série de quêtes vous fera monter les échelons, du simple Pied Puant au grand Orteil de Feu, vous devrez éliminer des revendeurs de chaussures volées et non nettoyées (une hérésie !), on nage dans le délire le plus complet. En parallèle, entre les fausses identités que vous devez revêtir, les messages codés à remettre, les trahisons au sein même de la GPL ou les allusions à peine voilées à la cause de l’Empire, se dessine une organisation plus mystérieuse et plus sérieuse que cette bande de dingues. Votre journal se remplit de réflexions aussi subtiles qu’un panneau « danger » clignotant…la GPL serait-elle plus qu’une association de défense de l’hygiène des pieds ? Ne serait-elle que la couverture d’une organisation plus puissante et secrète ? Que recouvre véritablement l’acronyme GPL ? Seule votre capacité de survie vous permettra de le découvrir.

Retour à l’accueil de Morrowind et ses mods

Retour au sommaire des Jeux Vidéo

Oui, Seigneur des Ténèbres!, Jeu drôle

Editeur : Sage (Edge Entertainment)

Auteurs : R. Crosa, F. Bonifacio, M. Enrico et C. Ferlito

4-16 joueurs (plus on est de fous, plus on rit)

Ambiance: Improvisation

Je prends le clavier pour –encore une fois- défendre le JdR. A travers un petit jeu de société qui me semble être une passerelle idéale vers l’antédiluvien dé-papier-crayon. « RPG is not dead » et de-ci de-là, on trouve encore les communautés et des auteurs courageux qui le maintiennent en réanimation.

Lire la suite

Mister Jack, vs Dr. Watson

Edition : Hurricane

Auteurs : B. Cathala et L. Maublanc

Illustrations : Pierô

2 joueurs

Déduction/Bluff

Présentation :

Un très, très gros jeu (personnellement, je joue avec la version New York 1889). Les auteurs eurent l’excellente idée de mettre ce jeu à disposition sur Internet avant sa sortie, des dizaines de milliers de parties ont servi de test : aucune faille à l’horizon ! Les illustrations et le matériel sont de qualité, les règles peuvent être un peu impressionnantes au début (pas mal de détails à retenir) mais très claires. Le système de jeu est de toute façon tellement stable que le plaisir de jouer sera vite au rendez-vous.

Lire la suite

Mod de Morrowind : le Projet Naheulbeuk

Dans la famille des mods de Morrowind, je demande le bouffon !

naheulbeuk

Un mod qui n’a pour ainsi dire aucun intérêt, si ce n’est de rire, et je n’en attendais pas moins du Donjon de Naheulbeuk. L’auteur nous propose les 4 premiers épisodes revisités sous la forme d’un musée pour touristes. Depuis ma brève escapade dans les hauts lieux de Brocéliande, je n’avais fait de visite aussi pourrie. Entre les gadgets informes et très chers, les attractions minables et les commentaires « historiques » totalement déconnectés, le touriste naheulbeukien atteindra certainement le 7ème ciel. Mais toute personne capable d’un échange d’informations entre deux neurones sera évidemment perplexe. Seulement quatre épisodes ! Tout comme les gâteaux apéritifs, on voit le fond du bol trop vite. Un grand merci à Stanislas pour son mod, puisses-tu être enroulé de jambon pour l’éternité.

Téléchargement -> ici

Retour à l’accueil de Morrowind et ses mods

Retour au sommaire des Jeux Vidéo

Biblios, les abbés jouent au poker

Editions : Iello

Auteur : Steve Finn

2-4 joueurs (conseillé 2 ou 3)

Enchère/Bluff

Présentation :

Biblios un jeu quasi indépendant que j’ai découvert en flânant dans la ludothèque idéale de B. Faidutti (lien : http://www.faidutti.com/index.php?Module=ludotheque&id=552). Le créateur de Citadelles en faisait une critique assez élogieuse, j’ai souvent tendance à lui faire confiance. La commande n’a pas été évidente, petit éditeur et aucune couverture médiatique oblige. Et pourtant, Biblios mérite bien mieux. Les illustrations sont belles, le packaging superbe et si le thème du jeu n’a rien d’exceptionnel, ses mécanismes sont assez simples et intéressants pour en faire un jeu au large public.

Lire la suite

Mod de Morrowind : Of love and ignorance

Un petit mod de rien du tout (73 Ko), une histoire comme un conte, trois PNJ, quelques dialogues, un peu d’exploration et une morale…complexe. Un mod qui ne vous rapportera rien, pas d’argent, aucun objet, aucune réputation, ce n’est certainement pas l’appât du gain pourrait vous motiver à aider cette pauvre mère en détresse et sans le sou. Le scénario atteint largement la dignité d’une nouvelle, brève et intense. L’ambiance finit par être poignante, on ressent presque de l’empathie pour ces pauvres hères, le bouc émissaire du village, la jeune naïve et la mère éplorée. Je ne sais pas si K. Loerke a écrit d’autres choses ou d’autres mods, mais il mériterait certainement une reconnaissance d’auteur. Un grand merci au traducteur, Black_Wolf, qui a su si bien nous parler !

Retour à l’accueil de Morrowind et ses mods

Retour au sommaire des Jeux Vidéo

Rolemaster

Que dire de plus sur ce monstre sacré (ou honni) du jeu de rôle ?

Aux iconoclastes, aux pourfendeurs du roll-playing (qui s’oppose au role-playing) je leur répondrais qu’il n’est absolument pas nécessaire de maîtriser les 3000 pages (si,si) de règles (non-traduites évidemment) pour pouvoir jouer à Rolemaster. Dieu merci.

Déterminer le sens du vent par un jet de dés au moment d’uriner pour savoir si l’on tâche ses chaussures reste crédible. Je peux en effet calculer avec une extrême précision les dégâts d’un cactus qui chute sur une araignée et fabriquer un objet alchimique implique bien des racines carrées dans la résolution du jet de dé. Mais à quoi bon ?

Comme les créateurs de Rolemaster le précisent d’entrée de jeu, ils ont mis au point un système de règles sans univers attitré et fait en sorte de pouvoir répondre à tous les cas possibles. Libre à chaque maître du jeu de « faire son marché » et de choisir les règles qui l’intéressent. Si les créateurs de Rolemaster étaient clairement des obsessionnels, personne n’est contraint de l’être.

Il est vrai que depuis 3 décennies, les systèmes de règles ont beaucoup évolués et en mieux. Il semblerait par contre dans le domaine des jeux vidéo RPG que le temps se soit arrêté, les ressemblances avec AD&D et Rolemaster sont impressionnantes.

Je reviens sur le véritable avantage de Rolemaster : pas de background orienté et un système de règles tellement vaste que l’on va pouvoir réellement façonner son univers. Ce que n’offre pas AD&D, quand bien même j’adore le médiéval-fantasique, la nuance est parfois bénéfique (je pense à Agone, là).

Mon intérêt pour Rolemaster provient directement de ma déception pour JRTM (Jeu de Rôle des Terres de Milieu) c’est-à-dire l’univers de Tolkien formaté à la sauce AD&D. J’ai pu grâce à Rolemaster mettre au point un système de magie qui collait, je crois, beaucoup plus à l’œuvre de Tolkien et faire des Elfes qui ressemblent à des Elfes, et non à un hybride improbable entre le lutin et le surhomme.

J’invite donc au respect de cette vielle machine compliqué, de ce géant de papier qui permet beaucoup si l’on s’en donne la peine (sois dit en passant, je déteste le roll-playing).

Mod de Morrowind : Kalendaar

Pour bien commencer au pays de Gilbertus, cliquez ici

Kalendaar est un mod de Morrowind créé par Gilbertus (et d’autres) réservé aux rétros.

C’est un hommage aux Elder Scrolls I et II, Arena et Daggerfall, auxquels peu aujourd’hui ont l’occasion de jouer.

D’abord, oubliez tout guidage, qu’il soit géographique ou scénaristique. A l’époque, quand on commençait un jeu, on s’en sortait tout seul, un point c’est tout ! (les jeunes d’aujourd’hui, j’vous jure…) Vous pouvez vous attendre à de longues heures dans le brouillard, complètement désemparé, comme un bambin abandonné dans un hypermarché en pays étranger.

C’est du pur med-fan, et plus qu’un mod : Kalendaar est tellement vaste (un tiers de Morrowind) que c’est un jeu à part entière. Les quêtes sont foisonnantes et variées (divers auteurs ont participé à leur élaboration) et seules les quêtes de Gilbertus (mille excuses !) sont un peu trop « vieille école » à mon goût (fan du porte-monstre-trésor : à vos masses, prêt, frappez !). Les 3 guildes –guerriers, mages, voleurs- sont exceptionnelles, bien au-dessus du jeu original, ce qui n’est pas rien.

Une ample révérence (rendons à César) à Gilbertus, concepteur de tout l’environnement, des mods comme ça, on en fait plus d’nos jours, j’vous l’dit !

Retour à l’accueil de Morrowind et ses mods

Retour au sommaire des Jeux Vidéo

%d blogueurs aiment cette page :