Archives du blog

Roulement de tambourin !

Après six mois d’absence, due à une activité professionnelle frénétique et un blog pro tout juste sorti de son œuf, je vous annonce humblement (mais avec un tambourin tout de même)… tambourin

MON RETOUR ! Au menu : plein d’idées, qui sont en chambre de décantation actuellement, et quelques articles en préparation dont voici les thèmes :

Les états paradoxaux du JV : l’art, la manière, le contenu, bouillon de créativité ou arnaque au porte-monnaie, c’est selon.

Des comptes-rendus de parties de JdR, car je nourris toujours l’espoir d’avoir le temps d’une partie des Ombres d’Esteren et des Mystères du Temps.

Des présentations de JdS : petits trésors et variantes locales.

Après Rotten Borough, mon compagnon maître du jeu de l’ombre, une nouvelle entité va nous rejoindre, Vayarda, qui avait déjà usé ses doigts de fée sur Parodius et sur Aquaria.

joyeux luron

Merci à tous, lecteurs et blogueurs, pour votre soutien infaillible ces deux dernières années. Allez ! C’est reparti comme en 14 !

À l’Ombre du Cœur d’Esteren

esterenlivreI

La missive cachetée me trouva un matin sous un ciel plein de menace. Le sceau rompu, je regagnai ma demeure, avide de nouvelles. En la contrée de Taol-Kaer, dans les petites communautés montagnardes, la vie devenait plus dure, l’isolement plus pressant, et la peur grandissait. Les disparitions des voyageurs le long des routes, les horreurs aperçues près du col, qui pourtant leur auraient permis de rejoindre la capitale, tout cela, ce pauvre Doern me le racontait avec son propre style, empreint de tristesse et de dignité. Si le lointain empire, avec sa puissance et sa science, aurait pu porter l’espoir d’un renouveau dans les villages nichés sur les versants d’Ard-Monach, le poids de la coutume et des superstitions scellait les lèvres et voilait les regards.

Lire la suite

Claustrophobia, De profundis clamavi ad te Croconibus !

Auteur : CROC Editeur : Asmodée
2 joueurs (voire 3) Durée : 60-90 minutes
Ambiance/Tactique

Vidéorègles (règles du jeu en vidéo sur videoregles.net) : cliquez ici

jeux claustrophobia

Présentation :
Un jeu de CROC ! (auteur — entre autres — du jeu de rôle INS/MV). C’est le mot juste. Un jeu qui mord, qui déchiquète, qui écartèle… souvent le même joueur, d’ailleurs. Un jeu d’ambiance superbe, d’une esthétique irréprochable, pour qui les donjons malsains et les catacombes fangeuses sont le terrain favori de l’imaginaire.
Sous les fondations de la Nouvelle Jérusalem s’étendent des souterrains sans fond, le foyer d’un mal absolu, le temple du Démon. Un illuminé et candidat au martyr appelé Frère Rédempteur a enrôlé une petite troupe de Condamnés, de sympathiques gaillards qui se virent offrir l’agréable alternative de l’échafaud ou d’une mission suicide aux enfers. Ces personnages, incarnés dans de petites figurines peintes, seront les pièces du joueur Humain.

figurineclaustro

Lire la suite

ROLEMASTER extension Magie des Terres du Milieu

Couverture RoleMaster 2nd edition

Des vieux grimoires scellés, au faîte d’une tour d’ivoire, jadis rejetés et cachés par crainte de leur pouvoir, aujourd’hui sont révélés.

« En l’An 2758 du Troisième Âge, en pays de Rohan, régnait Helm de la lignée d’Eorl. Les ténèbres présentes et futures pesaient sur les visages des Sages et le rude peuple des rohirrim, dans son innocence guerrière, n’imaginait pas qu’il serait à la croisée de l’Histoire et que l’année s’achevant verrait leur royaume à genoux. Trois personnages, ignorés des érudits et des chroniques, prirent pourtant part aux évènements, pour l’honneur comme pour l’infamie, par le sang et par le verbe. Un simple écuyer, enfant des plaines rohannaises, un Elfe gris, interrompant son voyage vers la Tour Blanche et un noble banni de Pelargir, rebelle et orgueilleux. »

Lire la suite

Rolemaster

Que dire de plus sur ce monstre sacré (ou honni) du jeu de rôle ?

Aux iconoclastes, aux pourfendeurs du roll-playing (qui s’oppose au role-playing) je leur répondrais qu’il n’est absolument pas nécessaire de maîtriser les 3000 pages (si,si) de règles (non-traduites évidemment) pour pouvoir jouer à Rolemaster. Dieu merci.

Déterminer le sens du vent par un jet de dés au moment d’uriner pour savoir si l’on tâche ses chaussures reste crédible. Je peux en effet calculer avec une extrême précision les dégâts d’un cactus qui chute sur une araignée et fabriquer un objet alchimique implique bien des racines carrées dans la résolution du jet de dé. Mais à quoi bon ?

Comme les créateurs de Rolemaster le précisent d’entrée de jeu, ils ont mis au point un système de règles sans univers attitré et fait en sorte de pouvoir répondre à tous les cas possibles. Libre à chaque maître du jeu de « faire son marché » et de choisir les règles qui l’intéressent. Si les créateurs de Rolemaster étaient clairement des obsessionnels, personne n’est contraint de l’être.

Il est vrai que depuis 3 décennies, les systèmes de règles ont beaucoup évolués et en mieux. Il semblerait par contre dans le domaine des jeux vidéo RPG que le temps se soit arrêté, les ressemblances avec AD&D et Rolemaster sont impressionnantes.

Je reviens sur le véritable avantage de Rolemaster : pas de background orienté et un système de règles tellement vaste que l’on va pouvoir réellement façonner son univers. Ce que n’offre pas AD&D, quand bien même j’adore le médiéval-fantasique, la nuance est parfois bénéfique (je pense à Agone, là).

Mon intérêt pour Rolemaster provient directement de ma déception pour JRTM (Jeu de Rôle des Terres de Milieu) c’est-à-dire l’univers de Tolkien formaté à la sauce AD&D. J’ai pu grâce à Rolemaster mettre au point un système de magie qui collait, je crois, beaucoup plus à l’œuvre de Tolkien et faire des Elfes qui ressemblent à des Elfes, et non à un hybride improbable entre le lutin et le surhomme.

J’invite donc au respect de cette vielle machine compliqué, de ce géant de papier qui permet beaucoup si l’on s’en donne la peine (sois dit en passant, je déteste le roll-playing).

%d blogueurs aiment cette page :