Ascendancy, l’abandonware qu’on abandonnera de sitôt !

Éditeur : The Logic Factory
Supports : PC (Dosbox) : nous parlons de la version Abandonware. (Le jeu est aussi sorti en app pour iPhone, iPod Touch et iPad)
Nb de joueurs : 1
Style/ambiance : Gestion spatiale

Liens utiles
— Télécharger le jeu (prendre la version d’installation automatique, compatible Windows 7) : ici
— Téléchargement de l’émulateur DosBox : ici

Ceci est un message de la Société de Protection des Abandonware :

Certains aiment gérer des petits bonshommes sur notre chère planète tellurique, d’autres aiment voir les choses en grand, à l’échelle galactique, en explorant l’infiniment grand et en dominant l’hyperespace. Ascendancy est un vieux de la vieille, inscrit au panthéon des jeux de gestion-stratégie spatiale, au même titre que le célèbre Master of Orion 2. Disponible en Abandonware, ce petit bijou ne vous coûtera pas une clopinette et occupera vos longues heures pluvieuses sur terre. Les mécanismes sont simples et efficaces, un long tutoriel en plusieurs parties, intégré au jeu, permet de se familiariser avec la bestiole.

Races

Le nombre de races de départ est impressionnant. De l’amibe globuleuse et endémique au grand œil omniconscient et pacifique en passant par des microbes qui s’immiscent dans l’antimatière la plus obscure, des jours de jeu s’annoncent pour tester toutes ces créatures de l’autre dimension. Chaque race est dotée d’une capacité spéciale qu’elle peut activer tous les 100 jours (espionnage, reproduction, camouflage, diplomatie, intrusion, découvertes…)

Parmi ces races parfois immatérielles, vous pourrez incarner ou rencontrer: les Capelons (masses de fibres polymorphes maîtresses du camouflage), les Dubtaks (créatures vulnérables informes qui s’immiscent partout, redoutables espions et scientifiques sans scrupule), les Orfas (robustes adorateurs de trous noirs qui aspirent même la lave, fornicateurs aux 17 organes reproducteurs), les Abryls (isolateurs de système arboricole, lents et intelligents, capables d’ouvrir et de fermer des passages stellaires), les Baliflid (super-diplomates au minois mignon qui peuvent manipuler ou désarmer leurs adversaires), les Kambuchkas (maîtres des sens clairvoyants capables de détecter des menaces distantes), les Mèbes (redoutables reproducteurs, race endémique monocellulaire) et les Oculons (mono-œil astronome très amical, fasciné par la connaissance).

Gestion

— Les planètes/les galaxies. La race que vous contrôlez devra coloniser des planètes inhabitées ou conquérir des planètes occupées par d’autres races en explorant les multiples systèmes stellaires connectés entre eux par des types de passages (trou noir, hyper-stellaire). Elle devra y construire les bâtiments nécessaires (logements, usines, centres de recherche…) et les attaques/protections contre les colonisateurs potentiels (missiles orbitaux, boucliers spatiaux…). La réussite de la partie dépendra aussi de la croissance de votre population et l’avancée scientifique de votre race.

— Rencontres spatiales. Durant ses multiples explorations spatiales, votre race rencontrera nécessairement d’autres espèces plus ou moins hostiles. Il sera possible de discuter avec chacune d’entre elles, échanger des savoirs scientifiques si vous souhaitez maintenir un semblant de paix, créer des alliances/déclencher des guerres. Leur attitude changera en fonction de votre degré de domination.

De même que la diplomatie, l’espionnage des autres races sera tout à fait possible, avec un avantage certain pour les races télépathes :

— La recherche. Pour optimiser vos vaisseaux et protéger vos planètes, rien de tel qu’un bon niveau de recherche. Un arbre en 3D (qui ressemble à un ADN), complexe et tellement riche qu’il semble infini, se crée au fur et à mesure de vos découvertes avec ses ramifications et ses embranchements. Au-delà de l’aspect guerrier, la recherche scientifique vous permettra d’améliorer la condition de votre population ou de jouer la carte diplomatique avec les autres races. En développant l’hospitalité, les centres de loisirs voire l’option Fête infinie vous pourrez amener les races à vous apprécier, la guerre n’est pas le seul moyen de gagner à Ascendancy ! Voici une illustration en image :

— Les vaisseaux : Vous pourrez développer jusqu’à 4 tailles de vaisseaux. Pour coloniser et conquérir, celui-ci peut être équipé de nombreuses améliorations. Certaines sont indispensables (les générateurs, le moteur stellaire et hyper-stellaire) d’autres sont fortement recommandées (les boucliers, les colonisateurs ou les modules d’invasions pour les planètes ennemies), le reste est facultatif selon le but du vaisseau construit, mais une centaine d’options sont disponibles pour l’offensif, le camouflage, les missions de reconnaissance ou les attaques stratégiques. Attention, certains items sont à usage limité et il m’est arrivé moult fois d’en oublier un et de me retrouver coincée dans l’hyper espace avec un vaisseau obsolète.

Les mécanismes

Comme dans la plupart des jeux de gestion, tous les éléments (population, planètes, galaxies, recherche, vaisseau) sont interdépendants. Il faut anticiper et organiser les phases préparatoires, lentes au début, pour ne pas se laisser submerger par une gestion chaotique qui s’accélère progressivement jusqu’à la frénésie. Chaque élément construit et chaque phase de recherche se déroulent sur une période donnée. Le jeu se déroule donc selon une ligne chronologique qu’il est possible d’accélérer pour aboutir aux résultats de vos constructions. Attention cependant aux combats qui se déroulent au tour par tour, accélérer le temps à cet endroit aurait des conséquences désastreuses.
Un point négatif tout de même, l’IA antédiluvienne d’Ascendancy, lente, prévisible et en définitive pas très douée, est loin de correspondre aux attentes d’un joueur expérimenté. Après une partie d’échauffement en mode facile, passez directement en mode hostile pour avoir des défis à relever.
Ascendancy est un jeu d’expansion qui ne propose pas une stratégie unique pour gagner. Graphiquement parlant, l’interface de ce jeu rétro est plutôt agréable : la possibilité de zoomer et de se déplacer en 3D dans vos galaxies et vos arbres de recherche est très bien pensée. Après avoir suivi le tutoriel, vous pourrez profiter pleinement de ses mécanismes à la fois fournis et simples. Les multiples races permettent aussi de varier les plaisirs et les capacités spéciales. Mêlant diplomatie, recherche, construction, stratégie et gestion, Ascendancy est agréable à jouer et apporte une satisfaction grandissante à mesure que vous approchez de votre but ultime. Selon le manuel, il existerait plusieurs manières de gagner une partie, mais les moyens d’y parvenir ne seront pas révélés aux joueurs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :