Complots à déguster (prêts en 1 mn)

Présentation :complot

Parce que les affres de la vie pro laissent souvent peu de temps de loisir, les jeux petits pour leur durée mais grands d’intérêt me sont rares et précieux. Complots, c’est 8 cm de coté et 150 grammes dans la poche, les règles comme une partie réglées en 5 minutes.

5 personnages (et un optionnel) avec différents pouvoirs de blocage en 3 exemplaires chacun, chaque joueur avec 2 cartes en main. Tous placent face cachée une carte et, à leur tour, annonce leur rôle et leur pouvoir utilisé sans la retourner. Chaque joueur peut alors mettre en doute une carte de l’adversaire, si le bluff est avéré le fraudeur perd sa carte, sinon : l’accusateur en perd une désignée au hasard, l’effet de la carte révélée s’applique et l’acquitté en prend une nouvelle dans la pioche. Quand un joueur a perdu ses 2 cartes, il est éliminé de la partie. On serait donc face à un pierre-feuille-ciseau avec une phase de bluff, il faudra y ajouter les pièces d’or qui, une fois accumulée, permettent de déclencher une attaque spéciale privant un joueur d’une de ses cartes de manière arbitraire. Ce petit détail interdit tout attentisme et les parties défilent très vite.

perso_complot

Pouvoir des personnages :

La Duchesse : permet de récupérer 3 pièces du trésor.

L’Assassin : pour 3 pièces, tue un personnage adverse.

La Comtesse : contre l’Assassin.

Le Capitaine : prend 2 pièces à un adversaire, peut être contré par un autre Capitaine.

L’Ambassadeur : permet d’échanger son jeu avec des cartes de la pioche.

 

Mon humble avis :

Les parties défilent vite, voire même trop vite. La légèreté du jeu, tout à fait bienvenue, et ses mécanismes peut-être trop bien huilés font qu’on peut avoir la sensation d’en avoir fait trop vite le tour. Cela reste un avantage, car Complots s’adresse à tous les publics, votre aïeul comme votre petit neveu pourront participer !

Cependant, si un voyage en train s’éternise et que vous désirez un peu de nouveau, Vayarda, notre nouvelle éminence grise, vous propose une variante de son cru qui monte la durée des parties à 10 minutes et refroidit les ardeurs des flambeurs-bluffeurs.

 

Marathon des French Berets online

Salutations !

french_beretAujourd’hui je me fais la porte-parole des runners, une espèce rare et précieuse de gamers. L’entité Vayarda – grand pourfendeur de Parodius et d’Aquaria – qui participe dans l’ombre à ce blog depuis longtemps lance cet appel. Gamers : hardcore ou casu’, de France et d’outre-mer, à vos pads !

Rappelons que le speedrun est au jeu vidéo ce que le triathlon est à la promenade bucolique. Ces gamers qui sont, ne nous le cachons pas, totalement fêlés, se regroupent en association et proposent des performances publiques : finir les jeux les plus durs en mode hardcore, avec une main attachée ou les yeux bandés (véridique !). Les bénéfices de ces performances étant généralement reversés à des associations caritatives, et c’est bien de cela qu’il s’agit.

Lire la suite

Remerciements

Pour les bons moments musicaux que nous avons passés avec Dearg. La bande son de l’équipe d’Esteren dépasse largement la simple musique d’ambiance et s’apprécie comme un véritable poème symphonique.

L’humble contribution du troubadour : Rotten Borough vous interprète Bruine matinale de Frédéric Vitiello, calligraphié par Fánaríë.

Le Monde selon Stanley

Parodiant le Maître, voici les dix clés qui devront retenir votre attention pour comprendre l’essence de The Stanley Parable :

Ne soyez pas attentif au début du jeu.
Écoutez bien lorsqu’un téléphone jaune apparait à l’écran.
Ne comptez pas combien de fois « The Stanley Parable » est prononcé in-game, cela ne vous apportera rien.
Vous ne pouvez pas sauter… un accident serait une chose terrible.
Qui suit la ligne jaune et pourquoi ?
Ne prêtez pas attention aux papiers par terre, aux tableaux sur les murs et au distributeur de boissons.
Au club « Lounge » des employés, quelque chose est ressenti, on réalise quelque chose, les éléments se rassemblent… Mais quoi ?
Stanley n’a aucun talent, quand l’apprend-t-il ?
Faites attention aux détails autour de la cuvette des toilettes.
Mais où sont-ils donc tous passés ?

Beaucoup trop de données ont déjà été transmises à ce sujet, et le Grand Algorithme qui nous juge et récompensera chacun selon son référencement doit se recroqueviller sur lui-même devant l’ampleur de cette révélation. Car The Stanley Parable dit tout, montre tout, explique tout.

stanley parable

Lire la suite

Roulement de tambourin !

Après six mois d’absence, due à une activité professionnelle frénétique et un blog pro tout juste sorti de son œuf, je vous annonce humblement (mais avec un tambourin tout de même)… tambourin

MON RETOUR ! Au menu : plein d’idées, qui sont en chambre de décantation actuellement, et quelques articles en préparation dont voici les thèmes :

- Les états paradoxaux du JV : l’art, la manière, le contenu, bouillon de créativité ou arnaque au porte-monnaie, c’est selon.

- Des comptes-rendus de parties de JdR, car je nourris toujours l’espoir d’avoir le temps d’une partie des Ombres d’Esteren et des Mystères du Temps.

- Des présentations de JdS : petits trésors et variantes locales.

Après Rotten Borough, mon compagnon maître du jeu de l’ombre, une nouvelle entité va nous rejoindre, Vayarda, qui avait déjà usé ses doigts de fée sur Parodius et sur Aquaria.

joyeux luron

Merci à tous, lecteurs et blogueurs, pour votre soutien infaillible ces deux dernières années. Allez ! C’est reparti comme en 14 !

Katamary Damacy ou L’esprit Rassembleur

Il est des jeux qui vous attirent de longs regards, mi-perplexes mi-désapprobateurs, jetés par ceux qui vous égalent en âge. Les enfants sont généralement plus tolérants. Un jeu en apparence si stupide qu’un humain raisonnable, la moue méprisante, le rejettera instantanément. Sauf bien sûr, s’il essaye d’y jouer. boite

Katamari Damacy (prononcer « katamali damachi ») fait partie de ces jeux dont l’idée lumineuse et primordiale se suffit à elle-même. Le concept du katamari, sorti en 2004, sera décliné en de nombreuses suites et comme toute bonne idée, inspirera d’autres jeux plus casual (comme les Lapins Crétins sur Wii). Mais rendons à César… c’est à Keita Takahashi que nous devons cette merveilleuse sphère aimantée.

 katamari damacy roi cosmos

Lire la suite

À l’Ombre du Cœur d’Esteren

esterenlivreI

La missive cachetée me trouva un matin sous un ciel plein de menace. Le sceau rompu, je regagnai ma demeure, avide de nouvelles. En la contrée de Taol-Kaer, dans les petites communautés montagnardes, la vie devenait plus dure, l’isolement plus pressant, et la peur grandissait. Les disparitions des voyageurs le long des routes, les horreurs aperçues près du col, qui pourtant leur auraient permis de rejoindre la capitale, tout cela, ce pauvre Doern me le racontait avec son propre style, empreint de tristesse et de dignité. Si le lointain empire, avec sa puissance et sa science, aurait pu porter l’espoir d’un renouveau dans les villages nichés sur les versants d’Ard-Monach, le poids de la coutume et des superstitions scellait les lèvres et voilait les regards.

Lire la suite

Publication sur Merlan Frit : Modder Massively Obsessionnal of The Elder Scrolls

listemod

La théma de Merlan Frit ce mois-ci : « le RPG est mort, Vive le RPG ! »

Voici ma petite contribution pour soutenir le RPG PC et les irréductibles communautés des modders ! C’est par ici

Merci beaucoup Imrryan pour ta première impulsion au début de mes recherches, au final, un mois de travail de fond a été nécessaire pour clôturer l’article. Bonne lecture !

Mod de Morrowind : L’Archipel de Pertevue

Caractéristiques techniques et autres informations utiles -> ici

Auteurs : OraNN, A3jv, Okensh + Team Nerevarine

Presque un an sans un article sur un mod de Morrowind… Après les Titans mythologiques (Kalendaar, Nova Magicka), les Dieux antiques (Blye, Angélus, Guildes des Ingénieurs, Guildes de Longsanglot) et le cortège des Sylphides et Syrinx (Of love and ignorance, Guilde des Pieds Légers et bien d’autres), difficile d’obtenir une place dans le Panthéon des Morromods tant l’entrée est « sélecte ». Et l’heureux élu est l’Archipel de Pertevue ! Un colosse deux fois plus grand que l’extension officielle Solstheim, ce qui en fait un concurrent de Kalendaar par la taille. Un mod qui n’offre pas certes l’infinité de quête du monstre de Gilbertus, mais qui se défend assez pour fournir, a minima… 40 heures de jeu ! Une décennie de dur labeur pour les 3 chefs de projet et leurs 44 collaborateurs, on retrouve comme un parfum des grosses productions wiwilandaises de l’âge d’or. Sorti en 2011 en Bêta-test sur la plateforme (toujours en cours), un mod de ce gabarit ne pouvant être testé par une seule équipe, l’Archipel de Pertevue se distingue par une énorme richesse de background (une nouvelle civilisation entièrement développée) et une rareté : la création d’un véritable système de gestion d’une colonie (d’après mes connaissances, une première dans Morrowind).

A_P_lindyl01

Lire la suite

Claustrophobia, De profundis clamavi ad te Croconibus !

Auteur : CROC Editeur : Asmodée
2 joueurs (voire 3) Durée : 60-90 minutes
Ambiance/Tactique

Vidéorègles (règles du jeu en vidéo sur videoregles.net) : cliquez ici

jeux claustrophobia

Présentation :
Un jeu de CROC ! (auteur — entre autres — du jeu de rôle INS/MV). C’est le mot juste. Un jeu qui mord, qui déchiquète, qui écartèle… souvent le même joueur, d’ailleurs. Un jeu d’ambiance superbe, d’une esthétique irréprochable, pour qui les donjons malsains et les catacombes fangeuses sont le terrain favori de l’imaginaire.
Sous les fondations de la Nouvelle Jérusalem s’étendent des souterrains sans fond, le foyer d’un mal absolu, le temple du Démon. Un illuminé et candidat au martyr appelé Frère Rédempteur a enrôlé une petite troupe de Condamnés, de sympathiques gaillards qui se virent offrir l’agréable alternative de l’échafaud ou d’une mission suicide aux enfers. Ces personnages, incarnés dans de petites figurines peintes, seront les pièces du joueur Humain.

figurineclaustro

Lire la suite

ROLEMASTER extension Magie des Terres du Milieu

Couverture RoleMaster 2nd edition

Des vieux grimoires scellés, au faîte d’une tour d’ivoire, jadis rejetés et cachés par crainte de leur pouvoir, aujourd’hui sont révélés.

« En l’An 2758 du Troisième Âge, en pays de Rohan, régnait Helm de la lignée d’Eorl. Les ténèbres présentes et futures pesaient sur les visages des Sages et le rude peuple des rohirrim, dans son innocence guerrière, n’imaginait pas qu’il serait à la croisée de l’Histoire et que l’année s’achevant verrait leur royaume à genoux. Trois personnages, ignorés des érudits et des chroniques, prirent pourtant part aux évènements, pour l’honneur comme pour l’infamie, par le sang et par le verbe. Un simple écuyer, enfant des plaines rohannaises, un Elfe gris, interrompant son voyage vers la Tour Blanche et un noble banni de Pelargir, rebelle et orgueilleux. »

Lire la suite

Publication de mon article « Rien de nouveau sous le soleil » sur Merlan Frit

Chers lecteurs et blogueurs,

Un moment personnel que je souhaite partager avec vous : je suis émue. Grâce à un « parrain » bienfaiteur, mon article intitulé « Rien de nouveau sous le soleil » vient d’être publié ce matin sur Merlanfrit, un site qui réunit des pros et des passionnés du Jeu vidéo. Cet article était axé sur le thème de la mort et j’ai donc choisi « La mort dans Fallout New Vegas » : la bête m’aura donné du fil à retordre, car je ne suis pas habituée à composer autour d’un thème. J’ai hésité à présenter Plane Scape : Torment à la place, car ce jeu-là pue franchement la mort, autant le dire, mais je n’avais pas terminé le jeu, malheureusement.

Vous pourrez lire mon premier article sur le lien suivant: http://www.merlanfrit.net/Rien-de-nouveau-sous-le-soleil

C’est probablement un peu prétentieux, mais je suis émue d’avoir été publiée sur ce site. Alors, si vous avez envie de partager mon émulation esseulée, n’hésitez pas à y faire un petit tour furtif, à l’aimer (si vous l’aimez) voire le partager (oh !)1_FOSSOYEUR

Merci à ceux et celles qui soutiennent Ludicophelie !

Ascendancy, l’Abandonware que l’on n’abandonnera pas de sitôt !

Éditeur : The Logic Factory
Supports : PC (Dosbox) : nous parlons de la version Abandonware. (Le jeu est aussi sorti en app pour iPhone, iPod Touch et iPad)
Nb de joueurs : 1
Style/ambiance : Gestion spatiale

Liens utiles
— Télécharger le jeu (prendre la version d’installation automatique, compatible Windows 7) : ici
— Téléchargement de l’émulateur DosBox : ici

Ceci est un message de la Société de Protection des Abandonware :

Certains aiment gérer des petits bonshommes sur notre chère planète tellurique, d’autres aiment voir les choses en grand, à l’échelle galactique, en explorant l’infiniment grand et en dominant l’hyperespace. Ascendancy est un vieux de la vieille, inscrit au panthéon des jeux de gestion-stratégie spatiale, au même titre que le célèbre Master of Orion 2. Disponible en Abandonware, ce petit bijou ne vous coûtera pas une clopinette et occupera vos longues heures pluvieuses sur terre. Les mécanismes sont simples et efficaces, un long tutoriel en plusieurs parties, intégré au jeu, permet de se familiariser avec la bestiole.

Lire la suite

Parodius, Non-sense fantasy : le Shoot’em up wacko-dingue !

Version : Parodius, Non-sense fantasy (1990) – La série nipponne se déploie en 5 adaptations différentes, sorties de 1988 à 1996.

Éditeur : Konami

Supports : PS1 / Super Nintendo/ Game Boy / PC (émulateur)

Nb de joueurs : 1 – 2

Style/ambiance : Shoot’em up rétro et cinglé (épileptiques, s’abstenir !)

Votre quotidien est morne et lugubre ?  Une mélancolie automnale vous accable ? Plongez dans l’univers de Parodius, buvez une centaine d’expressos corsés et musclez vos doigts sur la manette pour expérimenter ce cataclysme mental ! Il tourne sous PlayStation 1 ou sur SNES, il est totalement déjanté, un brin kitsch et irrésistiblement psyché. Une explosion de couleurs pour annihiler vos cellules grises !

Lire la suite

Dossier Fallout New Vegas : quêtes secondaires – Bienvenue dans la jungle !

Fallout New Vegas

Les quêtes secondaires foisonnent dans Fallout New Vegas, à chaque coin de ruines, à chaque déchet humain que l’on croise. Il suffit de se baisser, elles poussent sous l’asphalte défoncé des autoroutes abandonnées. En voici un humble florilège, pour débroussailler quelque peu la jungle du journal de quête en vous livrant les bons coups.

Lire la suite

Dossier Fallout New Vegas pour PC: Pour bien commencer dans les Terres Désolées et autres informations utiles

Quel personnage construire et selon quel type de jeu ? Quels sont les impondérables et les superflus ? Comment éviter les bugs, les problèmes liés à Steam et obtenir de meilleures performances ? Cet article est dédié aux conseils à l’installation pour éviter de passer des heures à nager dans un océan d’info. Ici, pas de soluce, pas de spoil, juste de quoi se lancer sereinement dans l’aventure New Vegas.

Cliquez ci-dessous pour lire la suite.

Lire la suite

Fallout New Vegas : le post-apo dans toute sa splendeur

Suivez ce lien pour consulter l’article «Pour bien commencer dans les Terres Désolées et autres informations utiles»

Ce dossier est une invitation à la découverte d’un excellent millésime de Bethesda, le meilleur sans doute depuis Morrowind, j’ai nommé Fallout New Vegas. L’éditeur malheureux de Fallout 3 a choisi le changement de studio pour cet opus et s’est tourné vers Obsidian, pour le plus grand bonheur des joueurs. Sans être le descendant en droite ligne des Fallout 1 et 2, Fallout NV renouvelle le genre en s’adaptant au gameplay et aux interfaces récentes, tout en conservant cet univers en champ de ruines cher aux anciens et cet humour d’une noirceur abyssale, « la politesse du désespoir » diraient certains.

Lire la suite

Metropolys, les promoteurs bluffeurs

Auteur : Sébastien Pauchon  Editeur : Ystarimetropolys

2 à 4 joueurs (conseillé 3-4) Durée : environ 1 heure

Stratégie/Tactique et Enchère/Bluff

Lire la suite

Mod de Morrowind : le Musée Angélusien

Informations sur le mod -> ici

Ce mod constitue la première partie d’une extension consacrée à la civilisation Angélusienne. Le synposis sur wiwiland en résumé donnait cela : « 8 bijoux ont disparu du Musée Angélusien, il faut les retrouver. » et il ne lui rend pas honneur. Pour cause, je m’en étais détourné dans un premier temps, ne pas se fier aux apparences, voilà le proverbe que j’aurais dû suivre. Le Musée Angélusien est un mod de quêtes extrêmement imaginatif. Sous couvert du « Va chercher » habituel, il multiplie les surprises et les contre-pieds au cours de ses 8 scénarii.

Lire la suite

La série RED DWARF, intemporelle et atemporelle

Type: Red Dwarf ou en français le Nain Rouge – Série Britannique des années 80 – Science Fiction, humour anglais, parodie, série addictive !

Nombre de saisons : 8 saisons pour des heures de jubilation- À visionner en anglais sous-titré pour savourer les intonations anglaises (plusieurs accents cohabitent, les jeux de mots sont plus pertinents en V.O.)

AVERTISSEMENT ! La 1ère saison n’en était qu’à ses premiers balbutiements (elle pose le décor mais n’est pas très aboutie , ni très drôle) -  les saisons 7 et 8 sonnaient le glas de la série (la série a perdu son humour et son style avec le départ d’un  des deux auteurs).  Je vous conseille donc de commencer par la saison 2 ou 3 pour savourer pleinement l’univers de Red Dwarf.

Présenter Red Dwarf s’avère un exercice délicat, tant la série brille par toutes ses facettes, tant j’appréhende de mal la représenter et tant mon amour pour elle est illimité. Red Dwarf est une ancienne série datant des années 80, le must-have en matière de série télévisée, rien à voir avec les soupes que l’on nous sert aujourd’hui à la chaîne. Un petit budget qui confère un charme authentique et drôle, des dialogues british hilarants et goûteux, des scenarii très originaux… Imaginez un rasta anarchiste cohabitant en huis clos avec le personnage le plus napoléonien qui soit, un robot tatillon, efféminé et moralisateur et un chat-mutant totalement superficiel et narcissique, le tout sur un vaisseau-poubelle errant dans l’espace : vous obtenez…Red Dwarf , une des meilleures séries intemporelles et atemporelles ! Tous les ingrédients sont réunis pour en faire une série qui rivalise avec Blackadder, relevé à la sauce Monthy Python ! Donc, sans attendre, je me livre à ce périlleux exercice…

 

SUITE

Les Aventuriers du Rail, version Allemagne

Auteur : Alan R. Moon Editeur : Days of Wonder

2-5 joueurs (plus intéressant à partir de 3) Durée : 1 heure

Stratégie/Tactique

Présentation :

Les trains séduisent toujours petits et grands ! (plus d’un millions d’exemplaires des Aventuriers vendus à ce jour). Ce jeu de stratégie/tactique familial s’est vu décliné en de nombreuses versions et extensions, succès et marketing obligent, mais cet article ne concernera que la version « Märklin » ou « Allemande » des Aventuriers. Je n’ai pas encore joué aux versions Amériques, Europe ou encore Scandinavie (à quand l’extension Colombie ?). Une version Allemande implique dans le petit monde des jeux de société une connotation certaine, je renvoie à l’explication présente dans l’article sur Caylus. Les avis des joueurs présentaient cette version comme la plus intéressante stratégiquement parlant, j’y ai donc jeté mon dévolu.

SUITE

Arcanum : engrenages & sortilèges

Bienvenue aux rétros ! Les zélotes du RPG vieille école seront ici chez eux : les intoxiqués de Fallout 1 et 2, amourachés de Baldur’s Gate pourront se prélasser dans leurs fauteuils rococos et apprécier enfin, s’ils ne le connaissent pas déjà, un des meilleurs jeux de rôle PC de sa génération. Et quelle génération ! Tout simplement l’héritière de la série Ultima. Tout est là, une ambiance so british, des dialogues savoureux, plein de pièges et de nuances. Une véritable liberté d’errer (car les non-dupes errent), et la moralité du personnage qui se construit à mesure : pragmatique, héroïque, cynique ? Le choix, comme pour le développement du personnage, est totalement ouvert. Mais un seul point de compétence à allouer par niveau, une misère !, une véritable torture tant les possibilités sont nombreuses.

SUITE

Fallout 3 : un déclin proportionnel à la beauté des graphismes ?

Les grands joueurs qui ont suivi la saga des Fallout n’en démordent pas : ce 3èmeopus attise la controverse, voire la détestation, et pour cause. J’ai testé ce jeu culte et j’en tire une impression paradoxale et frustrée : un mélange de déception et d’attirance aiguës. Analysons cet ensemble :

Un paysage désolé, post-nucléaire…

Côté graphisme, le monde futuriste dans lequel le joueur s’aventure est dévasté, ravagé par les dégâts nucléaires apocalyptiques. Sous son morne manteau de grisaille, empli de douleur et de nostalgie, l’univers de Fallout 3 fascine, resplendissant d’une beauté triste et inimitable.

Le personnage commence son aventure dès sa plus tendre enfance, à l’instar du jeu Fable (jeu que je trouve linéaire). On suit les premiers pas du personnage qui deviendra notre futur « anti-héro », qui construit ses compétences et savoir-faire : piratage informatique pour s’introduire dans les bases de donnée, force, science (se soigner), éloquence…etc…. Jusqu’ici, le jeu est plutôt bien pensé, hormis le côté fraise-tagada : (lorsque votre personnage a 10ans, chapeaux pointus et ballons nauséabonds vous dorlotent) qui laisse une impression de naïveté, voire d’ennui. Mais celle-ci est volontairement imposée afin de contraster avec la suite, plus tragique, plus noire. Par rapport aux premiers Fallout, on perd le système avantages/défauts à la création du personnage. D’autre part, les points de compétences à distribuer sont si importants que le joueur ne ressent pas de réelle frustration à devoir choisir entre différents avantages.

Notre personnage grandit et un jour maudit, il se retrouve propulsé en dehors de son abri 101, celui qui le protégeait du monde extérieur, de ses radiations dangereuses…et, Ô ciel , de ses super-mutants ! A ce stade, l’émerveillement est à son paroxysme : on admire les décors plantés çà et là, riches en détails et fourmillant d’anecdotes du passé. On découvre l’existence de deux radios qui pourront nous accompagner le grand périple : rêve américain désenchanté ou espoir militantisme teinté de nostalgie …

SUITE

Mod de Morrowind : La Guilde des Ingénieurs

Pour bien commmencer au pays des ingénieurs et autres informations utiles-> ici

Lien forum/soluce, pour les fainéants ou les désespérés -> ici

Il y a comme un hommage à ce bon vieux Arcanum dans ce mod. Un technologiste, et non des moindres, Léonard de Vinci lui-même débarque en Morrowind. Il est temps que ces obscurantistes et autres paysans crédules reçoivent les lumières de la rationalité, le joueur aura donc la possibilité de devenir l’assistant du génie. J’avoue que les quêtes sont un peu succinctes, voire répétitives. Mais l’inventivité du moddeur est jubilatoire et fait de ce mod un incontournable : de la formule du feu d’artifice aux nombreux bidouillages possibles (batterie, lumière…), c’est tout le steam-punk qui s’invite en Morrowind ! Des nouveaux commerçants font leur apparition à Caldéra, monsieur Eddy Son entre autres. Son gramophone, avec ses disques de cire disponibles à l’achat est une trouvaille merveilleuse. Ah, faire une pause dans les marais de Seyda Nihyn en s’écoutant un New Orleans…Parmi tous ces avantages, citons aussi l’effort sur les graphismes, là où généralement Morrowind ne brille pas, la serre de l’ami botaniste de Da Vinci est une réussite ! Merci à toi Von Zeeple.

Retour à l’accueil de Morrowind et ses mods

Retour au sommaire des Jeux Vidéo

Skyrim

Opus V, l’arbre généalogique de la noble lignée des Elder Scroll porte un nouveau fruit. C’est après beaucoup de temps et d’hésitations que je poste cette critique, autant de temps et d’hésitations qu’il m’a fallut pour l’acheter. Oblivion m’avait durablement refroidie et comme les personnes âgées engoncées dans leurs habitudes, je m’étais réfugiée dans le giron de Morrowind qui accède aujourd’hui au statut de grand-mère dans la famille Elder Scroll. Des commentaires appuyés de membres de la Confrérie des Traducteurs et de mon entourage furent nécessaires pour me faire franchir le pas.

Musiciens, troubadours, marchands ambulants apportent vie et ambiance en Skyrim, heureusement

Il serait parfaitement inutile de commenter l’interface graphique de Skyrim, certes excellente, je préfère lancer un pari : éblouis en 2012, moqueurs en 2020 ? L’évolution des moteurs graphiques (en parallèle de leur appétit pour la RAM) est autant source d’émerveillement que d’obsolescence…Je préfère parler de points positifs à la durée de vie plus grande que celle d’un processeur. La vie quotidienne en Bordeciel, de la cuisine à la forge, la vie des passants, avec de très bons doubleurs, la vie nocturne, des bardes et des poivrots, le caractère et l’âme de chacune des villes de Skyrim sont pour moi les qualités essentielles de ce nouvel opus. Ce qui n’était qu’ébauche maladroite dans Oblivion est devenue peinture naturaliste.

SUITE

Aquaria, immersion en eaux troubles

Jeu d’exploration/Shoot’em up/Énigme/Ambiance/Action. (éditeur: Bitblot)

Un jeu d’auteurs-développeurs-musiciens indépendants – deux personnes qui ont travaillé sur le jeu dans son intégralité ! – dont j’avais laissé dormir la démo sur mon bureau depuis fort longtemps.  À tort, comme j’ai pu le découvrir lors d’une après-midi d’été typiquement bretonne (c’est-à-dire aquatique).

aquaria, immersion en eaux troubles

Plongez dans un univers fascinant, artistique et toujours varié. Ici, les statues témoignent d’une ancienne civilisation engloutie…

Comme son nom l’évoque si bien, Aquaria est un jeu d’immersion…dans l’eau. Jeu d’explo en 2D, Aquaria jouit pourtant d’un graphisme très coloré, très beau, parfois merveilleux. Dans un monde féérico-diabolique resplendissant, au milieu d’une faune et d’une flore enchantées, votre sirène nommée Naija évolue et explore un vaste univers sous-marin en toute grâce et légèreté. Élément rare dans un jeu vidéo, la musique offre une place prépondérante dans le gameplay, tout autant les ambiances sont variées et excellentes (du lagon enchanteur aux abysses asphyxiantes), l’héroïne elle-même est musicienne. Chaque note est associée à une couleur particulière. Les mélodies psalmodiées par la douce protagoniste lui confèrent un pouvoir incroyable sur la nature et les éléments qui l’entourent : elle peut faire éclore les boutons de fleurs ou enchanter les poissons pour en extraire des ingrédients nécessaires à sa survie. Les huiles ou chairs ainsi récoltées permettront à notre demoiselle à écailles de concocter des potions alchimiques : regains de santé, de fatigue, surcroît de force…etc… Si vous parvenez à la mener loin, au-dessus des profondeurs labyrinthiques, vous parviendrez à lui faire découvrir le monde terrestre : une bouffée d’air frais qui contraste avec l’oppression des profondeurs, mais des parois difficiles à grimper lorsque l’on se déplace avec de simples nageoires.

SUITE

Horreur à Arkham, l’amour des travaux manuels*

Editeur : UBIK

Auteur : Richard Launius et Kevin Wilson.

1-6 joueurs (intéressant à partir de 3)

2 heures minimum ou 1 heure par joueur.

Coopération/Ambiance

Présentation :

Encore aujourd’hui, les jeux coopératifs sont choses rares (de mémoire, je ne vois que Pandémie et les Chevaliers de la Table Ronde). Le principe est simple : les joueurs ne jouent pas les uns contre les autres, mais ensemble contre un ennemi commun ; le plus souvent contre une pioche d’évènements aléatoires, ce qui implique une certaine dose de hasard dans ce type de jeu. Horreur à Arkham est basée sur l’œuvre d’Howard Phillips Lovecraft et largement inspiré du Jeu de Rôle l’Appel de Cthulhu. En deux mots, voici les prérequis pour s’immerger dans les récits de Lovecraft : nous ne sommes pas seuls, de nombreuses civilisations âgées de nombreux millions d’années nous entourent. Et nous considèrent plus ou moins comme des insectes. Leurs guerres ont marqué les ères géologiques et la civilisation des Grands Anciens a été bannie de notre dimension. Dans l’ombre, depuis des milliers d’années, ils n’attendent qu’une faille inter-dimensionnelle pour à nouveau dominer notre monde. C’est à ce danger immédiat que les joueurs vont devoir faire face.

SUITE

Mod de Morrowind : Sixth House

La Sixième Maison est le clan Dagoth, autrement dit les grands méchants de Morrowind. Dans le jeu de base, il n’était pas possible de choisir son camp, ce mod comble cette lacune, et plutôt bien. Dans une brève présentation du jeu et dans le lisez-moi, Sixth House est sensée faire appel à « l’âme de barbare présente en chacun de nous ». Pour ma part, rien de tel pour me refroidir. Après moultes hésitations, je me suis lancé finalement et j’y ai trouvé beaucoup plus qu’attendu. Ce mod est assez jubilatoire, il attaque pas mal de symbole de Morrowind (je pense au mentor Caïus Cosadès) et s’entendre dire « Salut, mon frère ! » par des zombies est assez décalé pour me plaire. Reste que la plupart des quêtes sont linéaires –va taper !, va chercher !, rapporte !- et ce n’est pas vraiment ce que je recherche dans un mod, j’en ai eu plus qu’assez dans le jeu original. Mais l’environnement de la Sixième Maison et la bande de dégénérés qui la compose sont assez bien rendus pour rendre ce mod attachant. Merci beaucoup à Baal (quel nom terrifiant ! Mickey Mouse serait-il son saint Patron ? -INS/MV private joke-) pour sa traduction !

Retour à l’accueil de Morrowind et ses mods

Retour au sommaire des Jeux Vidéo

Tolkien et Dumézil

Georges Dumézil a marqué l’Histoire de la linguistique par la mise en lumière d’un fond commun à toutes les langues indo-européennes. Le mot indo-européen est d’ailleurs né avec ses travaux. Toute sa vie durant, Dumézil fouilla les légendes du monde, travaillant avec les textes originaux en langues éteintes depuis des millénaires et il posa les bases théoriques d’une union de tous les peuples, de l’Inde à l’Irlande. J.R.R. Tolkien était un professeur à l’université d’Oxford à la chaire de philologie (littéralement « l’amour des langues ») et il exerça une profession très proche de celle de G. Dumézil. Sa spécialité ne recouvrait « que » la Scandinavie et comme professeur d’université, il travailla à redécouvrir un peuple disparu à travers ses légendes. Je ne connais pas les recherches de Tolkien comme universitaire, ses livres suffisent amplement à entrevoir la richesse des légendes sur lesquelles il s’appuie.

Le récit de la naissance des Elfes prend sa source dans les migrations successives des peuples de l’Inde, et plus particulièrement au peuple des Angles, qui investit la Scandinavie, des millénaires de cela. Les différentes tribus des Angles qui se séparèrent pour former les différentes nations scandinaves se retrouvent dans les différentes tribus des Elfes. La nuit du cercle polaire dut être un évènement terrifiant pour les Angles et des légendes y font certainement référence. Tolkien, là encore, les investit dans son récit. La force de son récit tient dans ces légendes, qui existent réellement, et qui lui ont servi d’inspiration.

Mod de Morrowind : La Guilde des Pieds Légers

La Guilde des Pieds Légers ou GPL pour les intimes est un mod des plus célèbres, et ce n’est pas pour rien. Je n’aimerai pas gâcher la surprise à ceux ou celles qui n’y ont jamais joué, car c’est un mod à coup de théâtre. D’entrée de jeu, il a l’air totalement stupide. Une espèce de gourou vous propose avec emphase de rejoindre une association de défense de l’hygiène des pieds…Loin d’être une boutade, une série de quêtes vous fera monter les échelons, du simple Pied Puant au grand Orteil de Feu, vous devrez éliminer des revendeurs de chaussures volées et non nettoyées (une hérésie !), on nage dans le délire le plus complet. En parallèle, entre les fausses identités que vous devez revêtir, les messages codés à remettre, les trahisons au sein même de la GPL ou les allusions à peine voilées à la cause de l’Empire, se dessine une organisation plus mystérieuse et plus sérieuse que cette bande de dingues. Votre journal se remplit de réflexions aussi subtiles qu’un panneau « danger » clignotant…la GPL serait-elle plus qu’une association de défense de l’hygiène des pieds ? Ne serait-elle que la couverture d’une organisation plus puissante et secrète ? Que recouvre véritablement l’acronyme GPL ? Seule votre capacité de survie vous permettra de le découvrir.

Retour à l’accueil de Morrowind et ses mods

Retour au sommaire des Jeux Vidéo

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 126 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :